Les 60 grains de café de Beethoven

Illustration : Cecilia Bohemien

Le compositeur allemand Ludwig van Beethoven (1770-1827) aimait beaucoup le café qu’il buvait, semble-t-il, en grande quantité. Il fréquentait d’ailleurs beaucoup de cafés.

Mais une légende tourne autour de ce génie de la musique classique. Il considérait qu’il lui fallait 60 grains de café par tasse pour réaliser le meilleur dosage possible. 60 grains de café. Pas un de plus, pas un de moins.

Le biographe de Beethoven, Anton Felix Schindler, raconte que le compositeur avait l’habitude de préparer son café pour le petit-déjeuner dans un verre. « Le café semblait être indispensable à son régime et il était aussi exigeant qu’un Oriental dans sa préparation », écrit-il dans « Beethoven, tel que je l’ai connu ».

Il raconte que Beethoven comptait 60 grains de café, qu’il les moulait lui-même et qu’il versait ensuite l’eau chaude dessus. Pour se faire, il utilisait ce qui ressemblait à un ancêtre de la cafetière à Siphon en verre (appelée aussi cafetière à dépression).

Les spécialistes considèrent qu’il faut 70 grains torréfiés de café par tasse, soit environ 8 grammes. Le processus de torréfaction fait perdre près de cinq fois le poids total des grains de café récoltés qui perdent autant en humidité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s