Un appel à utiliser à nouveau les contenants réutilisables

Près de 130 scientifiques, médecins et experts en santé publique de plusieurs pays ont co-signé une tribune appelant au retour des gobelets réutilisables dans les établissements proposant des boissons en vente à emporter, arguant qu’il n’y avait rien à craindre sur le plan de la transmission du Covid-19.

La lettre est soutenue par l’ONG Greenpeace, qui soutient que les industries des plastiques et de la pétrochimie profitent de la pandémie de Covid-19 et induisent les consommateurs en erreur en leur faisant croire que les gobelets à usage unique ont moins de chance de transmettre le virus que les tasses réutilisables.

A ce sujet, l’industrie du plastique note par ailleurs que, malmenée depuis quelques années par différents pays qui cherchent à bannir verres, agitateurs et autres biens de consommations à usage unique, elle semble reprendre des couleurs suite à la pandémie de Covid-19.

« La pandémie a modifié la perception des produits en plastique à usage unique, qui sont considérés comme plus hygiéniques que les articles réutilisables », note un rapport publié par Freedonia Group. « Même pour la réouverture des restaurants, beaucoup choisissent d’utiliser des tasses, des couverts et des assiettes à usage unique au lieu d’articles de service réutilisables pour les convives. »

Or, l’interdiction du plastique dans les sociétés reste plébiscitée par les habitants. Un récent sondage de Oceana Canada rappelle que « 86 % des Canadiens sont en faveur d’une interdiction nationale sur les plastiques à usage unique d’ici 2021 ; en hausse, comparativement à 81 % l’an dernier ».

Les scientifiques disent : aucun risque !

Or, selon les 130 signataires, les contenants réutilisables sont « une partie essentielle pour faire face à la crise de la pollution plastique et s’éloigner d’une économie basée sur les combustibles fossiles », arguant qu’ils peuvent créer des emplois et aider à développer des économies locales.

« Sur la base des meilleures données scientifiques disponibles et des conseils des professionnels de la santé publique, il est clair que les systèmes réutilisables peuvent être utilisés en toute sécurité en utilisant une hygiène de base », affirment-ils.

Un discours qui arrive trois mois après que les professionnels du secteur aient interdit aux consommateurs de venir avec leur tasse réutilisable pour les ventes à emporter, prétendant que celles-ci étaient potentiellement porteuses du virus. Plusieurs opérateurs avaient dès lors suspendus des opérations commerciales, du type réduction de quelques centimes par tasse au cas où le consommateur apporte la sienne au lieu d’en utiliser une à usage unique.

Respecter une hygiène de base

Dans leur lettre ouverte, les scientifiques rappellent que le virus se transmet principalement de personne à personne par l’intermédiaire de gouttelettes respiratoires lorsque des personnes parlent, toussent ou éternuent plutôt que par contact avec une tasse. « Les gouttelettes respiratoires sont la seule méthode documentée de transmission de COVID-19 à ce jour », écrivent-ils.

Comme pour les mains : rien ne vaut un bon lavage à l’eau et au savon. « Les produits réutilisables peuvent se nettoyer facilement. La plupart des désinfectants ménagers approuvés devraient être efficaces pour la désinfection des surfaces, y compris pour les articles réutilisables, ces surfaces étant soigneusement nettoyées au détergent ou au savon et eau chaude s’ils sont visiblement sales. »

En clair, rien ne remplace une hygiène de base rigoureuse.