Des masques… à partir de déchets du café

Une entreprise vietnamienne, ShoeX, a créé ce qu’elle assure être le premier masque facial biodégradable au monde composé presque entièrement de déchets issus des grands fabricants de café.

De marque AirX, le masque est fabriqué à partir de déchets de café collectés dans d’énormes usines de café du Vietnam (le pays est leader mondial de robusta), qui sont ensuite constitués en fil pour créer un revêtement antibactérien, réutilisable et biodégradable. La société ShoeX s’était déjà distinguée en concevant, selon le même procédé technique, des chaussures en café vendues au prix de 90$ (80€).

Selon la fiche technique du produit, l’enveloppe extérieure du masque est tissée à partir de fibres de café, en utilisant la technologie PowerKnit, étreignant le visage grâce au tissage du nez (FlexKnit). La membrane utilise une technologie antibactérienne combinant le café et les ions Ag +, biodégradable, répondant à la norme AATCC 100. Il peut être lavé et utilisé jusqu’à 30 jours.

Anti-UV, il assure être « deux fois plus économique que les masques ordinaires » et, un détail qui compte, « l’arôme naturel du café crée une sensation de détente et de vigilance ».

Deux mois après son lancement, ShoeX qui en assure la fabrication et la vente, assure avoir déjà vendu plus de 500 000 exemplaires, qui sont en vente pour environ 4$ (2,5€) chacun. Ces masques sont exportés dans une dizaine de pays.

Des masques au départ conçus contre la pollution

Le fondateur, Thanh Le, a raconté avoir commencé à développer ces masques à la fin de l’année 2019 après que Hanoï ait connu sa pire période de pollution de l’air en cinq ans, soit avant que le Covid-19 ne provoque une pandémie mondiale.

Ce produit a d’abord été pensé afin d’éviter un autre type de pollution, celui lié aux masques à usage unique jetés ici et là. Selon des statistiques, lors de la pandémie, la Chine déplorait 116 millions de tonnes de masques utilisés chaque jour. En France, plusieurs milliards de masques jetables ont été commandés et circulent un peu partout dans le pays.

« Au début, les gens ne se rendaient pas compte que cela doublait les niveaux de pollution. À ce moment-là, nous avions déjà commencé à rechercher comment transformer le café recyclé en masques écologiques, à la mode et antibactériens », a expliqué Dandelly Nguyen, responsable marketing de ShoeX.

« Lorsque le Covid-19 a commencé à Wuhan, nous avons poussé plus fort la production pour créer les masques à café parce que nous étions sûrs que la demande augmenterait de façon folle. »

Face à la menace du coronavirus, la nécessité de masques écologiques s’est faite de plus en plus évidente. « AirX n’est pas seulement une recommandation pour aider à éviter la propagation du coronavirus, mais aussi pour préserver la planète », a déclaré Thanh Le.

« Ce n’est ni difficile ni trop cher de commencer à être attentif à nos habitudes de consommation de produits écologiques, naturels et verts. Avec les ressources actuelles, nous pouvons produire jusqu’à 10 000 masques par jour. »