Le jour où Melitta Bentz a inventé le filtre à café

La petite boîte fine rouge et verte de filtres en papier Melitta se trouve sans doute dans un placard de votre cuisine. Mais savez-vous d’où elle vient et qui se cache derrière ? Le brevet en a été déposé en juin 1908 par Melitta Bentz (1873-1950).

Cet article est paru dans Alternatives Economiques

Cette Allemande de Dresde en avait ras-le-bol, si l’on peut dire, du café moulu qui restait dans sa tasse et du nettoyage difficile du pot à café. Après plusieurs essais, elle met le café dans un papier buvard, pris dans le cartable de son fils, qu’elle place dans un petit récipient en métal percé de trous avec un clou et verse de l’eau chaude dessus. Le café est moins amer et, une fois passé, il n’y a qu’à jeter le papier et c’est propre.

Après quelques tests, concluants, auprès de ses amis, elle dépose son brevet et crée sa société M. Bentz six mois après.

Une vraie patronne sociale

Fille de libraire, petite-fille de brasseurs de bière, le business, elle connaît. Née Amalie Liebscher, elle a épousé Hugo Bentz, dont la vie va changer grâce à la trouvaille de Melitta. Devant le succès du produit à la foire commerciale de Leipzig en 1909, toute la famille se met à fabriquer des filtres pour répondre à une demande croissante, avant d’embaucher. C’est un énorme succès.

En 1922, arrivent les couleurs rouge et verte pour bien distinguer le produit des nombreuses contrefaçons. Melitta est une patronne sociale. Elle instaure la semaine de cinq jours, octroie trois semaines de vacances et une prime de Noël. Il se vend aujourd’hui dans le monde 100 milliards de filtres à café par an.