Le café biologique est-il finalement moins bon pour la santé qu’on le croyait ?

C’est la question étonnante à laquelle tente de répondre une étude allemande. Un groupe de travail dirigé par Nikolai Kuhnert, professeur de chimie à l’Université Jacobs, a étudié des échantillons de café torréfié provenant de différentes régions du Brésil et est arrivé à un résultat surprenant : le café issu de l’agriculture biologique contient moins d’acides chlorogéniques que le café conventionnel, c’est à dire le café non biologique.

Ces acides sont importants puisqu’ils aident à faire baisser le taux de sucre dans le sang, à réduire le risque de diabète et ont un effet positif sur le foie. C’est en ce sens qu’ils sont bénéfiques pour la santé. Les acides chlorogéniques se trouvent dans de nombreux fruits et légumes tels que les pommes, les poires, les légumineuses ou les artichauts.

Cependant, le principal fournisseur d’acides chlorogéniques pour la nutrition humaine est le grain de café ; chaque tasse de café en contiendrait en effet environ 200 milligrammes. Le café arabica contient à lui seul environ 40 acides chlorogéniques différents. En moyenne, une personne consomme entre un et deux grammes de ces substances naturelles chaque jour.

Pourquoi ? Ils ne savent pas…

« Une réduction spectaculaire du diabète de type 2 peut être observée chez les buveurs réguliers de café », a souligné le directeur de l’étude qui travaille sur les effets du grain de café et sa composition chimique depuis deux décennies.

Mais lors de leurs recherches, les scientifiques ont découvert que les grains de café issus de l’agriculture biologique contenaient en fait moins d’acides chlorogéniques que les grains conventionnels.

« Nous ne pouvons pas dire exactement pourquoi », reconnaît Nikolai Kuhnert. Néanmoins, le scientifique estime que le café issu de l’agriculture biologique présente des avantages évidents, par exemple en ce qui concerne ses effets sur l’environnement.