Le café : on en boit moins, mais de meilleure qualité

C’est l’un des enseignements à tirer de la pandémie de Covid-19. La consommation de café a nettement chuté dans le monde du fait de la fermeture des cafés et autres coffee shop. Au Royaume-Uni par exemple, on estime à 92% le nombre de cafés qui ont ainsi dû fermer pendant le confinement. Et un tiers restent encore fermés à l’heure qu’il est.

L’International Coffee Organization constate une baisse de 0,5% de la consommation de café dans le monde, dans son rapport mensuel daté de septembre 2020, alors que les exportations chutent.

On a également moins passé de temps à la machine à café du fait du télétravail (ce qui, du reste, n’est pas une si mauvaise chose du point de vue qualitatif).

Plus de temps à soi

Mais dans le même temps, la consommation de café à la maison a au contraire nettement augmenté, apportant ainsi une réponse aux injonctions de non prolifération du coronavirus : la distanciation sociale et la faible densité de personnes dans un endroit clos.

Un article du Guardian précise que les ventes d’alcool, de thé et de café ont augmenté au Royaume-Uni depuis la fin du confinement.

Mais plusieurs études ont également démontré que cette croissance s’accompagnait d’une volonté de consommer du bon café et, surtout, de le faire soi-même. Une étude commandée par la société Melitta suggère que 45% des personnes interrogées utilisent désormais leurs propres équipements à la maison pour faire du café, que ce soit de manière manuelle ou automatique. Et une personne sur deux veut améliorer ses qualités de barista amateur.

De plus, 21% déclarent acheter de plus en plus leur café en ligne. D’ailleurs, 54% des travailleurs sont prêts à apporter leur propre café préparé sur leur lieu de travail.