La lune agit aussi sur le café

Il n’y a pas que sur les marées et les loups-garous que la lune a une influence… Sur le café aussi !

Une recherche inédite du Cirad (l’organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes) a révélé que le clair de lune a la capacité de perturber l’horloge circadienne des plants de café. En d’autres termes, la lune perturbe le sommeil du café.

Dans l’étude, communiquée en début d’année et publiée dans la revue en libre accès BMC Plant Biology, les auteurs du Cirad suggèrent que les effets moléculaires du clair de lune sur les caféiers pourraient inciter les caféiculteurs à en prendre note.

Le clair de lune affecte le cycle biologique des plantes

« La science a démontré, par le passé, que le clair de lune comme le cycle lunaire pouvaient affecter les cycles biologiques de nombreux êtres vivants. Mais qu’en est-il de la lumière reflétée par la lune ? », interrogent les auteurs de l’étude.

« Aussi surprenant que cela puisse paraître, aucune étude n’avait encore permis de répondre à cette question. Cela est d’autant plus surprenant que les plantes sont intimement liées à la lumière. C’est de la lumière qu’elles tirent l’énergie indispensable à leur croissance, mais aussi de nombreuses informations qui conditionnent leur développement. »

Une forme de stress

« L’analyse des gènes différentiellement exprimés semble montrer que la lumière lunaire est perçue comme un stress par les caféiers », a déclaré Jean-Christophe Breitler, généticien du Cirad basé au Mexique. « Non seulement, cette dernière perturbe les gènes de l’horloge circadienne, mais aussi de nombreux gènes sous leur contrôle comme ceux liés à la photosynthèse, à la biosynthèse des lipides, au contrôle de la croissance, ou encore à la réponse aux stress oxydatif et thermique. »

Le rapport note qu’un tel stress peut en fait avoir des effets positifs sur la croissance des plantes, bien que trop peu de recherches aient été effectuées sur le sujet pour tirer de nombreuses conclusions fermes.

L’équipe de recherche du Cirad elle-même s’est intéressée aux effets de la pleine lune sur les caféiers tout en menant une étude distincte sur la relation entre les changements climatiques et les schémas circadiens des plants d’arabica. L’équinoxe de printemps a apporté par exemple une pleine lune aux plantes étudiées dans une serre, et les chercheurs ont ensuite recréé le clair de lune – une réflexion de faible niveau de la lumière du soleil – tout en étudiant les plantes privées de clair de lune.