L’influence du café sur la créativité n’est pas prouvée

C’est une idée reçue que la science a voulu contredire : non le café ne semble pas favoriser la créativité. Pourtant, les exemples sont nombreux : les 60 grains de café que Beethoven comptait pour alimenter chacune de ses tasses, les 50 tasses que Balzac ingurgitait chaque jour – ses « munitions », disait-il – les habitudes caféinées du réalisateur David Lynch, du mathématicien Paul Erdös ou de L. Frank Baum, l’auteur du Magicien d’Oz…

Cette notion romantique n’a plus cours selon une nouvelle étude menée par une professeure de psychologie de l’Université de l’Arkansas. Du moins, elle ne l’a pas réussi à le prouver scientifiquement. Elle a révélé que, parmi tous les avantages cognitifs que pouvait procurer la caféine, la pensée créative était introuvable.

« Dans les cultures occidentales, la caféine est associée de manière stéréotypée aux métiers et modes de vie créatifs, des écrivains et de leur café. Compte tenu de la littérature sur la caféine et le savoir, cependant, il n’est pas clairement spécifié si la caféine devrait effectivement améliorer la cognition créative. Le but de la présente étude est donc d’examiner l’effet de la caféine sur la cognition créatrice, à savoir la pensée convergente et la pensée divergente », a écrit Darya Zabelina, auteure principale de l’étude sur le café et la pensée créative qui a été publiée en février 2020.

Peu créatifs, mais éclairés

Pour cette recherche, les cobayes ont reçu soit une pilule de caféine à 200 mg, soit une pilule placebo. « Ceux qui ont pris les 200 mg amélioraient considérablement la résolution des problèmes, mais ça n’avait aucun effet sur la pensée créative », a constaté Darya Zabelina. « Cela n’a pas non plus fait empirer les choses ! Alors continuez à boire votre café ; cela n’interférera pas avec vos capacités. »

Une autre hypothèse sous-jacente de cette étude est que les avantages cognitifs de la caféine – y compris une vigilance accrue, une vigilance améliorée, une concentration accrue – sont, eux, « bien établis ».