Le café utilisé pour détecter le Covid-19

Non cet article ne va pas prétendre à considérer le café comme un remède au Covid-19. Complotistes, passez votre chemin.

Il apparaît en fait que le café – à en croire la littérature scientifique et des conseils de spécialistes du goût et de l’odorat – est parfois utilisé comme baromètre pour une sorte de test de détection du Covid-19, en partie pour son odeur distincte et aussi pour sa présence dans les maisons du monde entier.

La perte d’odeur est en effet présentée comme l’un des symptômes les plus courants du Covid-19. Des études récentes indiquent qu’environ 50% à 80% des personnes testées positives pour le virus ont souffert d’anosmie (trouble de l’odorat).

La bonne nouvelle est que la plupart des personnes souffrant d’anosmie induite par le Covid-19 retrouvent leurs sens du goût et de l’odorat, selon d’autres recherches. Dès le début, les scientifiques craignaient que le coronavirus n’affecte les neurones, ce qui menacerait les capacités olfactives à long terme, bien qu’il semble plus probable maintenant que la maladie n’affecte qu’une couche de cellules du nez qui peuvent se rétablir dans un délai de 14 jours.

Le masque et le café

Compte tenu de la prévalence de l’anosmie parmi les porteurs du Covid-19, du pourcentage élevé de porteurs asymptomatiques du virus et de la présence généralisée du café dans les foyers, les médecins du monde entier conseillent aux gens à mettre leur masque et de sentir le café.

« Une des choses qui peuvent être faites assez facilement, assez objectivement par quelqu’un à la maison, serait de prendre du café moulu et de voir à quelle distance vous pouvez le tenir et le sentir », a récemment déclaré James Schwob, professeur à la Tufts University School of Medicine. « Si votre nez n’est pas encombré et que vous avez du mal à reconnaître ces odeurs ou d’autres qui vous sont familières, vous voudrez peut-être appeler votre médecin pour vous faire tester. »

Mais tous les malades du Covid ne sont pas atteints d’anosmie

Les chercheurs appliquent ces méthodes à une échelle plus rigoureuse, en utilisant du café dans des bandelettes de test olfactif, tandis qu’un article récent dans la revue médicale britannique BMJ encourage les médecins à utiliser le café comme outil de diagnostic.

Le Penn State University College of Agricultural Sciences a même mis en place un outil « Daily Smell Check » qui demande aux étudiants de sentir le café tous les jours.

Bien sûr, sentir le café n’est pas une science parfaite et il ne faut pas le confondre avec un test médical légitime. Pour autant, selon un expert en sciences alimentaires et épidémiologiste de la Penn State University, la perte d’odeur pourrait être « un très bon indicateur de Covid-19 ».

« La perte d’odeur est très spécifique au Covid-19, mais toutes les personnes atteintes d’une infection par le SRAS-CoV-2 ne signalent pas une perte d’odeur », ont nuancé d’autres chercheurs. « Être capable de sentir les choses ne signifie pas que vous n’avez pas le Covid. »